© 2008 GIPSO asbl

GIPSO asbl

GROUPE d’ AIDE à la RECHERCHE et à l’INFORMATION

sur le PSORIASIS

depuis 1990

E-mail: info@gipso.info E-mail: terroirnat@live.be?subject=site www.gipso.info&body=Vos remarques ci-dessous : abonnez-vous !

Aidez-nous à soulager

Les patients psoriasiques

Ces petits poissons qui “soignent” aussi le psoriasis !?


Mise en garde contre la fish pédicure

Source : Journal la DH du 28 avril 2013

  

Le Conseil supérieur de la Santé étudie de près les risques de cette thérapie

SANTÉ La fish pédicure, une technique de soins basée sur l’utilisation de poissons détachant les squames de la peau, fait l’objet d’une mise en garde en France. Dans un avis rendu public, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) “recommande l’encadrement strict de cette pratique afin de prévenir les risques d’infection”.

 

En Belgique, le Conseil supérieur de la Santé (CSS) doit encore rendre un avis sur la question. Celui-ci devrait être publié d’ici quelques semaines. Saisie par le ministère chargé de la Santé pour évaluer les risques de transmission de maladies par le biais des poissons ou de l’eau, l’Anses rappelle que la fish pédicure n’est encadrée par aucune réglementation sanitaire spécifique et ce, alors que cette offre de soins se développe de manière très importante depuis 2010.

 

Il est par ailleurs impossible de maintenir une eau désinfectante dans les bacs utilisés car cela tuerait les poissons (généralement de l’espèce Garra rufa), précise l’Agence française.


“Certains usagers (diabétiques, immunodéprimés, usagers ayant des lésions cutanées aux pieds) constituent une population sensible à risque plus important d’infection”, ajoute-t-elle.


La fish pédicure peut en outre attirer “des personnes avec un épaississement de la peau, susceptible d’être d’origine mycosique, qui ainsi augmentent, d’une part, le risque de contamination de l’eau et qui présentent, d’autre part, une sensibilité accrue aux infections”, selon l’Anses.


L’Agence conclut qu’il existe un risque potentiel de transmission d’agents pathogènes, mais qu’en raison de l’absence de données, il n’est actuellement pas possible de quantifier ce risque. Elle recommande donc l’acquisition de données pour pouvoir caractériser plus finement le risque sanitaire et relever les cas d’infection.